Guillaume Couffignal

La présentation de l'artiste

Artiste-fondeur connaissant la technique sur le bout des doigts, Guillaume Couffignal excelle à trouver ce moment si particulier de l’accord parfait de la forme et du fond. Il va vers l’essentiel et ses « bâteaux », ses « théâtres » sont visions sublimées et dépouillées, sculptures dont l’empreinte marque durablement la rétine.

« Sculpter, c’est ôter la chair jusqu’à sentir sous ses doigts le squelette, la substance originelle de toute chose. » Guillaume Couffignal.

« Il y a une littérature profonde dans le silence. Et un drame aussi. Lorsque le soleil se couche et que les amants quittent la place, elle paraît simplement vide, mais ici demeurent les murmures, les rires silencieux, les soupirs. Et les fantômes. C’est une vacuité active qui anime l’envoûtante beauté des sculptures de Guillaume Couffignal.

Il a appris l’art de la cire perdue avec un fondeur traditionnel de Koudougou au Burkina Faso lorsqu’il avait 23 ans, chanceux de trouver sa voie si jeune. Il a senti la profonde alchimie du processus combinant les éléments de la Nature pour produire un concept qui n’existait pas auparavant dans notre monde. Il a vu le potentiel de cette magie de la terre. Il force le hasard et repousse les limites du bronze parce que chaque sculpture ne peut jamais être exactement reproduite.

Comme l’utilisation de l’argile, cet art a une profonde connexion avec les éléments primitifs de la Nature. Il y a le vent et le ciel et la terre et le feu. Il y a les cendres et la poussière. Ici existe une collaboration avec l’esprit de l’Illusioniste, un artiste dans toute son imprévisibilité.

Mais ce n’est pas un art de hasard. L’Illusioniste/artiste maîtrise les éléments de l’accident et de la surprise. Il est un magicien qui contrôle les secrets de son processus. Dans le cas de Couffignal, cela a à voir avec le collage en trois dimensions de fragments et de formes soigneusement choisis et avec ses textures évoquant la terre, soigneusement perfectionnées au fil de longues années d’expérimentation.

Ses textures font mentir les matériaux. Elles ont la patine irrégulière de l’usure et des intempéries. Elles rendent le bronze lui-même secondaire avec cette pigmentation crémeuse de la terre brûlée par le soleil. La texture devient alors une peinture.

Couffignal crée le décor du pur drame du vide. Il le remplit de souvenirs et de voix. Ce décor est visuellement minimal mais ce minimalisme même pointe l’importance de ses autres intentions. Ses bateaux sont des « bateaux-âmes » pris entre deux univers. Ses pièces architecturales évoquent des ruines et attestent cependant de leur propre existence.

Bien que ce procédé soit ancien, et dans ce cas, appris de la tradition Africaine, le vrai témoignage de la puissance de Guillaume Couffignal est que pas un seul élément de son œuvre ne dérive de quelque chose d’existant. En véritable iconoclaste, il s’est emparé d’un langage traditionnel, a appris ce langage, et partant de ce langage a créé une poésie complètement unique et qui lui est propre. » Randal Morris, 2013.

 

 

La biographie détaillée

Expositions individuelles

2017

  • « Cette étrange idée du beau » Aréa – Paris
  • M.A.L – Laon

2016

  • Outsider Art Fair, Cavin Morris Gallery – New York, USA
  • Souchaud Art Project – Lyon
  • Art UP, Galerie Estelle Lebas – Lille
  • Galerie Patrick Bartoli – Marseille
  • Galerie Florence B- Noirmoutier
  • Outsider Art Fair, Cavin Morris Gallery – Paris

2015

  • Metro Show, Cavin Morris Gallery – New York, USA
  • Outsider Art Fair, Cavin Morris Gallery – New York, USA
  • Galerie Bourreau Ravier- Noirmoutier
  • Galerie Éric Dumont – Troyes
  • Symposium Rodins des bois – Saint Léger la Montagne
  • Salon Révélations, Grand Palais, Galerie Éric Dumont – Paris
  • Galerie Jean Jacques Mandel- Paris
  • Outsider Art Fair, Cavin Morris Gallery – Paris
  • Winter Mixed Soup, Galerie Éric Dumont – Troyes

2014

  • Metro Show, Cavin Morris Gallery – New York, USA
  • Pragmata Gallery – Tokyo, Japon
  • Galerie Brigitte Ruffin – La Rochelle
  • Praisesong for the numinous, Cavin Morris Gallery – New York, USA
  • Outsider Art Fair, Cavin Morris Gallery – New York, USA
  • Freshet : Old loves, New directions, Cavin Morris Gallery – New York, USA
  • Galerie Christine Colon – Liège, Belgique
  • Outsider Art Fair, Cavin Morris Gallery – Paris
  •  

  • Galerie du rat mort – Oostende, Belgique
  • Winter Mixed Soup, Galerie Éric Dumont – Troyes
  • P’art sino français – Shunde, RPC
  • Aréa (avec Marie Rauzy) – Paris

2013

  • Galerie Brulée – Strasbourg
  • Salon Révélations, Grand Palais, Galerie Éric Dumont – Paris
  • Outsider Art Fair, Cavin Morris Gallery – Paris
  • St’art, Galerie Richard Nicolet – Strasbourg
  • Cavin Morris Gallery – New York, USA

2012

  • Art fair, Galerie Richard Nicolet – Strasbourg
  • Galerie Christine Colon – Liège, Belgique
  • Galerie Éric Dumont – Troyes
  • Galerie Christine Colon – Waremme, Belgique
  • Winter Mixed Soup, Galerie Éric Dumont – Troyes
  • Fonderie – Aixe sur Vienne

2011

  • Galerie Éric Dumont – Troyes
  • St’art, Galerie Richard Nicolet – Strasbourg