Jenny Trinks

Présentation de l'artiste

Le monde artistique de Jenny Trinks est un monde de rigueur, de sobriété, de linéarité, sans ambiguïté, canalisé, presque mathématique qui s’exprime idéalement dans le verre, capteur et passeur de lumière et de temps.

Jenny Trinks puise son inspiration dans l’architecture urbaine, les grands bâtiments, les immeubles dont les images sont peintes à la poudre de verre ou à l’acrylique sur des plaques de verre, les couleurs étant

fixées, dans le cas de l’utilisation de la poudre de verre, par le fusing.

Ces plaques sont ensuite découpées en étroites bandes, puis assemblées par collage selon un choix qui aboutit à la construction d’une nouvelle image. Enfin, cet assemblage est sablé pour donner un aspect mat à la surface vitreuse. L’image est définitivement enfermée dans la matière.

La biographie détaillée

La biographie détaillée

Le monde artistique de Jenny Trinks est un monde de rigueur, de sobriété, de linéarité, sans ambiguïté, canalisé, presque mathématique qui s’exprime idéalement dans le verre, capteur et passeur de lumière et de temps.

Jenny Trinks puise son inspiration dans l’architecture urbaine, les grands bâtiments, les immeubles dont les images sont peintes à la poudre de verre ou à l’acrylique sur des plaques de verre, les couleurs étant fixées, dans le cas de l’utilisation de la poudre de verre, par le fusing. Ces plaques sont ensuite découpées en étroites bandes, puis assemblées par collage selon un choix qui aboutit à la construction d’une nouvelle image. Enfin, cet assemblage est sablé pour donner un aspect mat à la surface vitreuse. L’image est définitivement enfermée dans la matière.

L’élaboration de l’œuvre se fait sous la lumière naturelle agissant comme un véritable instrument plastique apportant discrétion et douceur, loin de tout artifice.

Ne cherchez pas la référence à la Nature, à un quelconque réalisme qui pourrait engendrer un élan émotionnel et l’émergence d’une vague sentimentale.

Ces curieuses sculptures de verre aux formes précises et géométriques qui paraissent froides au premier contact visuel interpellent inévitablement le spectateur qui, spontanément, devient regardeur et acteur. Il s’arrête, comme saisi, et pressent que dans ce matériau à la fois transparent et givré, presque hermétique, aux nuances changeantes, il se passe quelque chose.

Il devine alors, en variant les angles d’observation soumis aux variations de lumière, la présence d’informations accumulées dans la matière. Il décrypte le message fossilisé dans le verre et reconstitue un nouveau contenu visuel qu’il peut faire varier d’ailleurs à l’infini.

Pour parvenir à ce but, il est conduit à suivre inconsciemment et en toute liberté le cheminement créateur de l’artiste pour remonter à la genèse de l’œuvre et au cryptage de l’image d’origine. Il ne s’agit pas, pour le regardeur, d’identifier l’image d’origine, à la fois archive et matrice de la création finale. Il s’agit de reconstituer et comprendre le geste créateur, l’action fondatrice est de saisir les données spatiales, temporelles stockées et comprimées dans le verre. La rencontre du regardeur avec l’œuvre se fait alors, par appropriation et interprétation personnelle.

Une sensation s’insinue. Un désir s’installe de pénétrer dans l’œuvre pour en découvrir le contenu. Une envie presque irrépressible de la toucher s’affirme, suscitée par le mariage du verre, dense et cristallisé, parfois irrégulier, et des couleurs, douces et diffuses.

Dans l’épaisseur des œuvres à la fois peintures et sculptures, dans la linéarité des bandes qui se collent les unes aux autres tout en gardant leur individualité, l’image figurative originale, analysée, cryptée se distord et éclate en une multitude d’informations qui se reforment pour une nouvelle lecture.

Là où je veux aller, dit Jenny Trinks, c’est aux confins de la matière, en y intégrant le temps et l’espace dont les traces seront révélées par la lumière et ses effets visuels

 

Annick PISAPIA

Parcours

Études

  • 2009 – 2012 Beaux-Arts à l’université « Burg Giebichenstein » de l’art et design – option Verre, Halle, Allemagne
  • 2008 – Diplôme
  • 2003 – 2008 Beaux-Arts à l’université « Burg Giebichenstein » de l’art et design – option Peinture, Halle, Allemagne

Expositions et Parcours

  • 2015 Galerie Patrick Bartoli, Marseille, France
    Verre et Architecture Biennale du Verre Starsbourg, France
  • 2014 Galerie Pixel Noir, Narbonne, France
    Maison des Arts, Bages, France
    The International Exhibition of Glass Kanazawa 2013 in Notojima, Notojima Glass Art Museum, Japan
  • 2013 The International Exhibition of Glass Kanazawa 2013, 21 st Century Museum of Contemporary Art, Kanazawa, Japan
    Galerie de Salin de l’île Saint Martin, Gruissan, France
  • 2012 Stanislav Libensky Award 2012 & Cherchez la femme, Exhibition of World Glass, St. George’s Convent at Prague Castle, Prague, République Tchèque
    Panorama – Symphony of senses Château Capitoul, Narbonne, France
    Luminous Space Baronnie Sereine de Caux, Caux, France
    Vissez juste! Neue Residenz, Halle, Allemagne
  • 2011 St-art European Contemporary Art Fair, Strasbourg, France
    L’International Strasbourg Glass Prize 2011 Strasbourg, France
    Maison de Heidelberg, Montpellier, France
  • 2010 Pop up Galerie dieschönestadt, Halle, Allemagne
    Art Prize Halle, Kunstforum, Halle, Allemagne

Publications

  • The International Exhibition of Glass Kanazawa 2013, catalogue, 2013, Kanazawa, Japan
  • Stanislav Libensky Award 2012, catalogue, 2012, Prague, République Tchèque
  • New Glass Review 33, Corning Museum of Glass, magazine and video, 2012, New York, États-Unis
  • Art Prize Halle, catalogue, 2012, Halle, Allemagne
  • Illuminations & Transitions, Biennale du Verre 2011, catalogue, 2011, Strasbourg, France

Acquisitions publiques – Musées

  • 2014 – Corning Museum of Glass, Corning, New York, États-Unis
  • 2013 – Century Museum of Contemporary Art, Kanazawa

Technique du Fusing

Proche du thermoformage, cette technique de ramollissement et de fusion à chaud d’éléments en verre est utilisé par de nombreux artistes anglo-saxons.

Le fusing est donc une fusion d’éléments de verre compatibles.

Cuisson aux alentours de 900° pour obtenir l’assemblage désiré. Chaque artiste développe sa propre courbe de température en fonction du résultat escompté. Le verre ne doit jamais être liquide.

Souvent, le fusing est une étape qui ouvre d’autres horizons vers la sculpture.

Un peu d’histoire…

Le fusing est issu de techniques romaines et grecques de verres mosaïqués, morceaux de verres assemblés à froid puis chauffés afin d’obtenir un motif géométrique.

Dans les années 1970, le fusing séduit le STUDIO GLASS MOVEMENT américain,  créant ainsi un vrai mouvement artistique international.